Electronx's Blog


Le point Omega de la crise
16 décembre 2008, 18 h 20 min
Filed under: économie, histoire, politique | Mots-clefs: , , ,

https://i1.wp.com/sarzeau2003.free.fr/broceliande/omega.jpg

Le point Omega de la crise

10 décembre 2008 — Il est temps d’observer qu’il existe un réel courant pour demander une réforme du Pentagone, ce courant nourri de plus en plus fortement par la crise financière et économique. Le rapport entre l’un et l’autre est évident: l’énormité des dépenses militaires est de plus en plus difficile à justifier face aux ravages de la crise, – ou plutôt, nuançons: cette énormité serait de plus en plus difficile à justifier s’il y avait débat là-dessus. Aujourd’hui, ce débat n’existe pas, ou bien faut-il dire: “n’existe pas encore”? Ou bien, encore, faut-il observer que ce débat prend forme et s’impose sans que nul ne l’ait voulu ou n’ait cru réussir à l’imposer? Nous voulons dire par là que le débat semble plutôt se mettre en place de lui-même.

Le fait est que la pression de la crise est si forte qu’une telle neutralité à l’égard des dépenses de défense, ou une telle ignorance de ces dépenses sera, ou serait difficile à maintenir longtemps. Cela le sera d’autant plus que ces énormes dépenses donnent des résultats extraordinairement catastrophiques. Comme on le lit dans le rapport CNP, dont nous parlons par ailleurs aujourd’hui: «U.S. defense spending grew 86 percent over the past eight years, with unclear results.» Le “unclear” est encore plus attachant que le “86%”…

Ce qu’on observe pour alimenter cette idée de la mise en place spontanée d’un débat, c’est que nombre de ceux qui participeraient à ce débat et qui veulent l’empêcher, essentiellement les défenseurs des dépenses du Pentagone, sont conduits à argumenter préventivement contre un tel débat dans une forme qui finit paradoxalement par favoriser la perspective d’un débat. C’est le cas d’une campagne lancée par l’AIA (Aerospace Industries of America), dont le thème est de montrer que cette industrie aérospatiale, principale fournisseuse de ce qu’on nomme “les armements“, participe à sa façon à la lutte contre la crise. Cette campagne a été notamment marquée par le passage d’une page de publicité présentant les arguments de l’AIA, dans le Washington Post du 2 décembre.

Un relais bien connu des intérêts de l’industrie aérospatiale US, Loren B. Thompson, a immédiatement mis en ligne un commentaire destiné à appuyer cette publication, voire à la renforcer, sur le site de son Institut Lexington, le 3 décembre. Il l’assortit aussitôt d’une remarque qui situe l’enjeu, en le plaçant résolument dans le cadre de la crise économique et, pour son compte, de la survie de l’industrie aéronautique; en d’autres termes et par rapport à la question que nous évoquons, Thompson implique que si les commandes du Pentagone devaient être réduites de façon conséquente, le sort même de l’industrie aérospatiale serait en jeu…

«The aerospace industry has begun a campaign to convince the next administration that support of its programs will help bolster the ailing economy. The industry’s trade association paid for a full-page advertisement in the December 2 Washington Post stating that two million middle-class jobs are generated by the aerospace sector, that it is the nation’s leading exporter of manufactured goods, and that its products are essential to national security. Argued against the backdrop of a rapidly deteriorating economy, the pitch looks pretty persuasive.

»However, aerospace is not like other industries. It gets a lot more money from taxpayers in a typical year than the auto industry is going to get from any federal bailout, and much of the aerospace sector would cease to exist in the absence of government support…»

Suivent des arguments qui peuvent nous sembler classiques mais qui sont exceptionnels dans le cas d’une industrie qui a toujours prétendu fonctionner selon les lois du marché plus que selon les lois du secteur public, ou “nationalisé”:

• L’industrie aérospatiale US est la première du monde, ce qui est essentiel pour la sécurité nationale et pour les Lire la suite

Publicités


Bienvenue dans la Déflation
19 novembre 2008, 20 h 04 min
Filed under: économie, politique | Mots-clefs: , , , , ,

La déstabilisation et la fragilisation de notre système financier est susceptible d’entraîner une crise potentiellement très sérieuse et durable du fait d’un mécanisme que l’économiste des années 30 Fisher appelait « la déflation par la dette ». Fisher expliquait en effet qu’une crise majeure était toujours provoquée par deux facteurs, à savoir le surendettement et la déflation, sachant que toutes les autres causes probables de la crise passent au second plan dès lors que l’on est confronté à une récession grave et prolongée.

Se référant aux crises de 1837, de 1873 et à la Grande Dépression qu’il avait vécu en temps réel, Fisher observe que, poussé à des niveaux extrêmes, le surendettement provoque à un moment donné la faillite du débiteur, du créancier ou des deux à la fois, induisant une réaction en chaîne en 9 épisodes.

(1) Ces banqueroutes créent une situation de détresse où les intervenants bradent leurs actifs, (2) aboutissant à une diminution conjointe des dépôts bancaires et de la circulation de la monnaie fiduciaire à Lire la suite