Electronx's Blog


Saint Finnian et le Necronomicon du Copyright
14 août 2009, 21 h 53 min
Filed under: Culture, Libertés | Étiquettes: , , , ,

https://i1.wp.com/www.mysticvoodoo.com/images/Image3.jpg

Il y a quelques temps, je me suis demandé si le droit d’auteur ne rendait pas fou, face à la multiplication d’affaires traduisant un dérapage de la propriété intellectuelle. Le copyright dégénère de plus en plus souvent en copyfraud (revendication abusive de droit), avec les conséquences néfastes que l’on sait pour l’accès au domaine public, à la connaissance et à l’information. Pour essayer de mieux comprendre ce phénomène, je me suis replongé dans l’histoire du droit d’auteur, exercice toujours instructif pour prendre un peu de recul et redonner du sens lors des périodes tourmentées (je vous recommande à cet effet l’ouvrage de Françoise Chaudenson A qui appartient l’oeuvre d’art ?).

Et de fil en aiguille, j’en suis venu à me demander jusqu’où on pouvait rembobiner ainsi l’écheveau du copyright. On fixe traditionnellement le début de l’histoire du droit d’auteur en 1710, avec l’édiction du Statute of Anne en Angleterre, premier texte à reconnaître des droits au profit des auteurs. Mais je voulais aller plus loin et rechercher si possible le tout premier litige en matière de propriété intellectuelle. Qui le premier s’écria “Tu ne copieras point car ceci est à moi !” en cherchant à appuyer ses prétentions sur le droit ? Quel était donc cet Adam qui a voulu garder pour lui seul les fruits de la Création ?

Finalement, c’est en Irlande au 6ème siècle que l’on trouve la trace de cette querelle originelle survenue à propos d’un livre et de sa copie, mettant en scène Saint Colomban, futur fondateur de l’abbaye de Luxeuil, et un certain Saint Finnian de Moville dont l’histoire n’a guère retenu la mémoire mais qui mériterait sans conteste le titre de Saint Patron des Copyfraudeurs ! (Note :  la véracité de cette histoire est mise Lire la suite



André Rouillé – Le grand chambardement culturel
31 mai 2009, 6 h 10 min
Filed under: Culture | Étiquettes: , , ,

Le grand chambardement culturel (# 1)
Deux ans après les élections présidentielles, chacun a évidemment sa façon d’apprécier la situation de la France en fonction de son point de vue et de sa place dans la société, l’économie, et bien sûr la culture.
Mais, qu’on le proclame, qu’on le concède, ou qu’on le taise, de plus en plus nombreux sont au total celles et ceux qui pensent que la «rupture» promise durant la campagne électorale, et survendue comme l’entrée dans une époque et des valeurs nouvelles, s’est transformée en un énorme chambardement, dont  la crise mondiale est moins la cause qu’un des accélérateurs.
Le chambardement n’est pas le changement, bien au contraire. Alors que le changement est généralement porteur d’un projet positif, d’une vision d’avenir, d’une série d’objectifs convergents, d’une élévation de la culture et de la qualité de vie ; alors qu’il est constructif ; le chambardement, lui, vise à tout renverser, à tout saccager, à tout bouleverser de fond en comble.
La «rupture» que beaucoup espéraient porteuse de changements positifs (sans nécessairement s’accorder sur leurs contours) s’est vite transformée en ce spectacle pitoyable d’un chambardement tous azimuts des acquis, des ressorts et des atouts les plus éprouvés et les plus féconds de la France.

Le chambardement qui affecte le pays de toutes parts est à la fois social, économique, politique, et éminemment culturel. C’est en effet la langue française, sa syntaxe et son lexique, qui a été la première touchée par un chef de l’État dont on ne cesse de relever les barbarismes, les fautes de français, et les expressions familières, et mêmes grossières.
Cela dit non pas à partir d’une conception figée de la langue, mais pour souligner et regretter que, dès ses premières prises de paroles, il a été évident que le Président ne serait pas, avec ses amis du «cercle du Fouquet’s», le meilleur défenseur de la qualité de la langue et de la culture françaises. La suite a outrepassé les pronostics les plus pessimistes.

Il est vite apparu que, pour le chef de l’État, la pratique du langage n’était pas qualitative mais quantitative. Beaucoup parler sur tout, monopoliser la parole, saturer les médias. Sans plus d’égards pour la forme que pour le contenu des discours émaillés de promesses solennelles, de faux étonnements, de sollicitude surjouée, qui n’ont pour la plupart guère dépassé le stade des mots.

On sait trop que l’exercice du pouvoir s’accompagne souvent d’une pratique discursive de la «promesse non tenue», de difficultés à raccorder les mots et les choses.
Mais l’actuel chambardement discursif se manifeste par une accentuation inouïe de cette Lire la suite



Les nouvelles « têtes » de la danse française

Un vent de renouveau soufflerait-il sur les centres chorégraphiques nationaux ? La récente nomination de Kader Attou et de Boris Charmatz à la direction des CCN rochelais et rennais tend à nous interroger sur le sens et les évolutions de ces prestigieuses attributions.


Boris Charmatz, portrait.

Courtesy Jazz à la Villette © Sandra Piretti – Boris Charmatz

Par Coline Arnaud

Après plus de 10 ans à la tête du Centre chorégraphique national de la Rochelle, Odile Duboc laisse sa place à Kader Attou. Formé aux arts du cirque et du hip-hop, cet artiste nourrit son travail scénique des sensations vécues lors de ses voyages. En 1989, après sa formation à l’école de cirque de Saint-Priest, il fonde la compagnie Accrorap. Le chorégraphe revendique le dialogue du hip-hop avec les autres formes de danse dont l’exemple le plus probant est la création d‘Anokha, spectacle où les danseurs partagent la scène avec des danseuses de kathak et de bharata natyam. En 1994, la compagnie se professionnalise en s’associant au plasticien Gilles Rondot pour présenter Athina à la Biennale de Lyon. Le métissage étant déjà de mise, une danseuse classique évolue au milieu des artistes hip-hop pendant le spectacle comme pour symboliser leur passage de la rue à la scène. Une ambition de transversalité culturelle et sociale anime chacune de ces créations, avec pour unique vecteur la passion du geste et des corps.

Comme nous le précise le communiqué de presse du Ministère de la Culture, cette nomination surprenante a pour objectif de « consacrer l’entrée de la danse hip hop dans le réseau national de la création et de la diffusion chorégraphique ». Cette volonté gouvernementale s’est déjà manifestée l’année dernière, lorsque José Montalvo et Dominique Hervieu ont été nommés à la tête du Théâtre national de Chaillot, avec pour mission de rendre sensible la culture urbaine actuelle, « celle qui se pratique dans la rue, à l’abri des grandes salles de spectacles ». S’agit-il donc, à l’image des affichistes des années 1980 tels Basquiat, de transposer une pratique populaire dans un cadre institutionnel ? De détourner un acte compulsif contestataire en un produit culturel étatique ?  La tendance n’est pas nouvelle. Cette fois encore les collectivités locales, à l’origine de ces nominations, ont choisi de se rapprocher de leur public en utilisant leur langage et leur code. Le hip hop, symbole aujourd’hui consacré d’une mouvance plus commerciale qu’alternative possède pourtant de sa naissance aux Etats Unis dans les années 1970 une vraie résonnance revendicative. Le terme, issu des quartiers noirs de New-York, est devenu au fil des ans une expression consacrée dans les discours politiques pour évoquer une réalité sociale multiple et complexe faite de désillusion et d’incompréhension. Le but de ces nominations est donc d’aller à la rencontre de ce public marginal, souvent jeune, en utilisant pour l’approcher un vocabulaire chorégraphique intelligible.

Mais cette danse, une fois entrée au cœur de ces institutions prestigieuses conservera t’elle son sens et sa fonction ? Une fois aux mains des CCN, le hip hop parviendra t’il à préserver ses caractéristiques identitaires ? Les expériences similaires conduites par le passé laissent planer un doute. Conscient des frontières évolutives entre un public et les pratiques artistiques dont il est parfois l’auteur, Kader Attou place cette réflexion au centre de ses créations. En mélangeant des genres reconnus comme la danse classique ou le modern jazz avec des expressions chorégraphiques plus marginales telles que le break dance, il invente un hip hop à la fois novateur et introspectif. Bien plus qu’un langage universel estampillé jeune, il propose à ces mêmes « jeunes » de se réapproprier cet art de la rue inventé par leurs aînés. Très beau plaidoyer pour le mélange des cultures, les créations de Kader Attou ne constituent pas une réponse aux problèmes récurrents de communication entre les pouvoirs publics et les quartiers périphériques. Résoudre les tensions sociales de ces dernières années par une institutionnalisation du hip hop serait aussi réducteur qu’impossible.

Ces constats ne doivent néanmoins pas occulter l’intérêt d’un tel choix. Intérêt social d’abord, puisque cette nomination témoigne de l’importance grandissante de ce type d’expression chorégraphique, au point qu’elle se doit d’être représentée officiellement dans les centres nationaux. Intérêt esthétique également puisque le travail gestuel de cette pratique, qui convoque l’ensemble des parties du corps, n’était reconnu que partiellement comme une danse artistique à part entière. Intérêt médiatique enfin, car si peu d’illusions subsistent quant au mélange attendu des publics, il n’est pas interdit d’espérer que la salle rochelaise apprenne et évolue au contact de cette association inédite entre une culture urbaine actuelle et un art millénaire.

Décidemment centré sur la Bretagne, ce petit vent de renouveau plein de promesses semble également souffler sur le CCN de Rennes où Boris Charmatz vient d’être nommé à la suite de Catherine Diverrès. Ce dernier a construit sa personnalité d’artiste sur son apprentissage à l’Ecole de danse de l’Opéra national de Paris puis au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Lyon. Et c’est comme interprète (dans Ana et Saint Georges de Régine Chopinot, puis dans les Trois Boléros et Le Projet de la matière d’Odile Duboc) qu’il se signale d’abord dans les années 1990 sur la scène chorégraphique. A partir de 1993, il conduit ses propres expériences d’auteur dans le cadre de l’Association Edna où il se donne pour vocation de « dessiner un espace ouvert à des essais multiples ». Ses pièces bousculent les genres et proposent des points de rencontre atypiques avec les spectateurs, que ce soit par l’établissement du contact direct, ou détourné, comme dans son installation pour un spectateur unique. Etonnantes, parfois dérangeantes, ses créations sont une interrogation constante sur le rôle et l’avenir de la danse.

En poste respectivement depuis quatre et trois mois, Kader Attou et Boris Charmatz engagent par des processus divers une redécouverte du sens et de l’origine de leur pratique. Leur nomination prouve ainsi le besoin constant de remise en question d’une technique afin de garantir son évolution et sa survie. Mais, au-delà de l’univers professionnel, c’est le système complexe des nominations ayant pour toile de fond les tensions entre pouvoir public et politique locale qu’il nous est permis d’interroger… et pour cette fois d’approuver