Electronx's Blog


1929 jusqu’au bout?
20 décembre 2008, 6 h 57 min
Filed under: économie, géostratégie, histoire, internet, politique, science, Tech | Étiquettes: , , , , , ,

l’Enfer, détail du panneau de droite (Der Heuwagen, triptyque antérieur au Jardin des Délices de Jérôme Bosch)

19 décembre 2008 — L’industrie automobile US est au bord de l’effondrement, représentant ainsi une crise sectorielle typique et symbolique de la tragédie économique qui est en train de frapper les USA. Si une aide d’urgence ne lui est pas accordée par l’administration GW Bush, il est possible, sinon probable, que General Motors et Chrysler se déclarent en faillite au début janvier 2009. Même si cette aide est accordée, la situation restera tragique, et le sort funeste repoussé de quelques semaines sans aucune issue garantie. La situation tragique de l’industrie automobile US est décrite dans un texte de WSWS.org, ce 18 décembre.

«Mark Zandi, chief economist at Economy.com, a web site associated with Moody’s, said that a “freefall” bankruptcy at one or more of the Big Three “would throw the broader economy into chaos, costing the economy 2.5 million jobs at its peak impact in summer 2010 and pushing the unemployment rate to a depression-like near 11 percent.” Zandi’s estimate of job losses resulting from a collapse of the auto industry corresponds to an earlier estimate made by the Center for Automotive Research.

»On Friday, Standard and Poor’s predicted that if no bailout is arranged, GM and Chrysler would be forced into bankruptcy by the first week of January, when major payments to part suppliers come due. But even if an “orderly restructuring” for the Big Three based on federal funds takes shape, it will do nothing to resolve the crisis of the auto industry, which is accelerating in the US and internationally.

»Johnson Controls Inc., one of the auto industry’s biggest parts makers, released its 2009 outlook Tuesday, which predicted that only 9.3 million cars and light trucks will be sold in the United States next year, down from 16 million in 2007 and about half of the nearly 18 million cars sold in 1999. Johnson Controls is predicting auto production will fall 25 percent and 32 percent next year in North America and Europe, respectively.

»If US car sales drop to 9 million vehicles next year, it will be the first time—with the exception of the World War II years—that the number of cars sent to the scrap yard will top the number of new cars sold. Economists call this “auto deflation”…»

Cette situation sectorielle est en train de prendre effectivement des dimensions de tragédie nationale, donc de prendre une substance différente, – une sorte d’enjeu central de la crise économique qui se développe avec une rapidité effrayante. De ce fait, les tensions engendrées par cette crise deviennent nationales et politiques. Les perspectives envisagées dépassent désormais largement la seule question à court terme de la possibilité d’une aide d’urgence de l’administration GW Bush et de ses effets, également à court terme.

On trouve des indications éparses, et encore erratiques, d’une tendance qui se fait jour, consistant effectivement à considérer qu’un effondrement de l’industrie automobile constitue un sort inacceptable, et pire encore, qu’il risque d’entraîner toute l’économie US dans le chaos; donc, que l’industrie automobile doit être sauvée à tous prix, s’il le faut au travers de mesures draconiennes. Les arguments de cette tendance se retrouvent notamment dans certains groupes directement connectés à Detroit et à la sauvegarde de l’industrie automobile, c’est-à-dire notamment la puissante direction démocrate du Michigan, très proche d’Obama, et le puissant syndicat UAW (United Automobile Workers). Ces arguments sont renforcés par un aspect inédit: la soi disant valeur pour la sécurité nationale de l’industrie automobile.

On trouve des indications de cette situation, avec des références intéressantes pour notre propos, dans une réflexion de Nick Turse présentée par Tom Engelhardt, sur TomDispatch.com le 15 décembre. Engelhardt puis Turse notent successivement…

• Tom Engelhardt d’abord, avec un certain humour grinçant: «Once upon a time, Detroit was known as “the arsenal of Democracy” because the city’s big three automakers converted so quickly from turning out civilian vehicles to producing the tanks and trucks that “helped win World War II” (and then “lent their technology to aircraft and ship manufacturing” as well). Now, the same three companies are simply beggars. Whether they are capable today of transforming themselves, as an Obama administration might wish, into an “arsenal for a green future” is certainly an open question.»

• Nick Turse, qui développe dans son analyse le processus d’intégration de certains fournisseurs civils du Pentagone…

«Once upon a time, the military-industrial complex was loaded with household-name companies like General Motors, Ford, and Dow Chemical, that produced weapons systems and what arms expert Eric Prokosch has called, “the technology of killing.” Over the years, for economic as well as public relations reasons, many of these firms got out of the business of creating lethal technologies, even while remaining Department of Defense (DoD) contractors.

[…]

»It isn’t hard to imagine more civilian firms, especially ones which are already Pentagon contractors, getting into (or back into) the weapons game. After all, when the Big Three Detroit automakers were scrounging around for a bailout just a few weeks ago, they used America’s persistent involvement in armed conflict as one argument in their favor. For example, Robert Nardelli, Chrysler’s chief executive, told the Senate that the failure of the auto industry “would undermine our nation’s ability to respond to military challenges and would threaten our national security.” While that argument was roundly dismissed by retired Army Lt. Gen. John Caldwell, chairman of the National Defense Industrial Association’s combat vehicles division, it probably wouldn’t have been if the automakers made more weapons systems.»

Plus récemment, dans une analyse du 18 décembre, le site WSWS.org s’attache à cette question naissante, ou bien diffuse mais de plus en plus réelle, de la poussée de certains milieux vers une appréciation du point de vue de la sécurité nationale du sort des trois grands constructeurs automobiles de Detroit. C’est à cette occasion que les démocrates du Michigan et l’UAW sont cités.

Le processus est d’abord placé par WSWS.org dans le contexte d’une poussée de “nationalisme économique”, qui serait une sorte de “protectionnisme défensif” ou “protectionnisme de guerre” (économique)…

«After last week’s defeat in Congress of a loan package backed by the Bush administration, the Democrats and the UAW, which called for massive layoffs and wage and benefit concessions, Michigan Governor Jennifer Granholm, a close ally of President-elect Barack Obama, railed against the « un-American behavior » of Senate Republicans who blocked the measure. Those who voted against the bill, she said, were « protecting the foreign companies that are in their borders. They are not acting as Americans.”

»Her comments were echoed by a series of Democratic politicians and the UAW leadership. In a PBS television interview last weekend, UAW President Ron Gettelfinger denounced the Senate Republicans for backing the “foreign brands” and using taxpayer money to “subsidize the competition.” He added, “We can’t compete like this as a country.”»

Puis WSWS.org va plus loin. Derrière cette rhétorique et l’évolution de plus en plus catastrophique de la crise, cela poussant éventuellement à des mesures extrêmes, l’analyse envisage d’une façon assez vague mais très caractérisée une évolution vers une volonté de transformation, au moins potentielle, de certaines des capacités industrielles des trois constructeurs automobiles en capacités de production de guerre, comme en 1941; puis, de là, comme c’est logique et tentant à la fois, envisageant une évolution vers un conflit pour tenter de sauver l’industrie/l’économie US, c’est-à-dire les USA eux-mêmes… c’est-à-dire qu’on chercherait à pousser la logique duplicative de la Grande Dépression jusqu’au bout, en transformant une nouvelle fois une économie en crise en une économie en guerre.

«The logic of the nationalist outlook promoted by the UAW is militarism and war. Increasingly over the last several weeks, leading Democrats have connected federal assistance to the auto industry with the « national security » of the US, i.e., its ability to quickly arm for war. In a speech on the floor of the Senate last week, Michigan’s senior senator, Carl Levin, argued that the industry was key to the development of new armored vehicles, robotics and other wartime technologies that allowed « our soldiers to maintain their edge » on the battlefield.

»This theme has been echoed by “left” supporters of the UAW bureaucracy. In a joint op-ed piece published in the Detroit News, Mark Brenner and Jane Slaughter from the Labor Notes group argued for a government bailout, noting that « Detroit, the Arsenal of Democracy, retooled in a matter of weeks when we needed tanks, not cars, in 1941.”

»It is an historic fact that the last global economic depression led to the outbreak of world war and the deaths of tens of millions of people, as the various imperialist powers fought for control of markets, raw materials and access to cheap labor. Something even more terrible is being prepared today behind the nationalist demagogy of big business politicians and their allies in the union bureaucracy.»

Toute cette rhétorique et cette logique hypothétique s’appuient implicitement sur la référence de la Grande Dépression, omniprésente, référence obligée aujourd’hui aux USA. En effet, la grande cure de la Grande Dépression, c’est effectivement la guerre et ce qui suivit (la Guerre froide), c’est-à-dire un “keynésianisme de l’industrie de guerre”; implicitement, nous pourrions admettre par la logique chronologique de cette description que les USA ne sont jamais sortis de la Grande Dépression d’une façon économiquement normale, qu’ils ont survécu dans une opulence absolument factice grâce à une base industrielle et technologique de l’armement alimentée par le keynésianisme de guerre camouflée, qu’ils ont rajouté là-dessus la piraterie du dollar, l’endettement, la privatisation, la globalisation financière, la dérégulation, etc., pour arriver à la rechute d’aujourd’hui…

En un sens, c’est un peu, un peu beaucoup, ce que nous dit Paul Krugman lorsque, sur le blog nommé TCM (TalkingPointMemo.com), le 17 décembre, il constate que la Deuxième Guerre mondiale “marcha” (“Why Did World War II “Work”?”) pour sortir le pays de la dépression; et d’ailleurs, et c’est ce qui nous intéresse, bien au-delà de la Deuxième Guerre mondiale, ce qui nous conduit à notre réflexion actuelle… Parmi les trois raisons pour lesquelles, selon Krugman, la Deuxième Guerre mondiale “marcha”, voici la troisième, la plus importante, au-delà de cette guerre-là, justement.

«3) Government spending: the big thing here was the Cold War, which meant that the United States persistently spent 8-10% of GDP on defense. It paid for this with taxes, but old-fashioned Keynesianism tells us that there’s a “balanced budget multiplier” because some of taxes comes out of saving, not spending. Bob Reich, if I understand him, is saying that to sustain demand we need the moral – or at least fiscal – equivalent of a new Cold War.

»Will the Obama stimulus plan set us up for a replay of the postwar success, with demand remaining high even after the stimulus is gone? I’m thinking, I’m thinking …»

Tout cela nous fait prendre au sérieux, non pas les projets éventuels à ce stade, mais la réflexion sans aucun doute, sur l’idée d’une mobilisation industrielle de guerre pour sauver la structure économique des USA. La situation est suffisamment grave, et surtout suffisamment tributaire d’un rythme d’aggravation effrayant, pour susciter effectivement de telles réflexions.

“La guerre n’est pas la solution du problème, la guerre est le problème”

C’est implicitement notre thèse, – parfois explicitement, quand l’audace s’y prête, – que l’Amérique n’est jamais sortie de la Grande dépression; qu’elle vit en sursis et artificiellement, quoique fastueusement et au-dessus de ses moyens certes, – depuis 1933 (magie de FDR, sauvant la psychologie US), 1941 (l’“arsenal des démocraties” et la “grande guerre moralisatrice des USA”), 1947-48, avec les débuts de la Guerre froide et la relance d’une industrie d’armement imprudemment brisée avec la fin de la guerre et la démobilisation.

• Il est vrai que, pendant la Deuxième Guerre mondiale, la victoire n’était que la deuxième préoccupation des Américains, la première étant : “Comment éviter de retomber dans la dépression?” En juillet 1945, sur le chemin de la conférence de Potsdam, Truman visita quelques grandes unités des forces US en Allemagne, en attente de démobilisation, avec un seul message pour les G.I.’s piaffant d’impatience de rentrer chez eux: “Restez mobilisés! Une nouvelle bataille vous attend en Amérique, une bataille contre le risque d’un retour de la dépression”.

• En 1993, le professeur Frank Kosky publia Harry S. Truman and the War Scare of 1948. A Succesful Campaign to Deceive the Nation. (Le 10 avril 1995, nous en rendions compte dans la rubrique Analyse du Volume 10, n°14, de notre Lettre d’Analyse de defensa & eurostratégie.) Kosky montra comment, “à l’occasion” du coup de Prague de février 1948, qui n’avait d’abord guère inquiété le département d’Etat, une alerte au danger communiste fut lancée et une relance soudaine de la production d’armement décidée en avril-mai 1948, qui sauva l’industrie aéronautique US au bord de l’effondrement (11 des 12 sociétés aéronautiques US étaient menacées de faillite en janvier 1948). La crainte générale était que cet effondrement probable de 1948 de l’industrie aéronautique provoquât une nouvelle dépression, – ou, disons mieux selon notre logique, une retombée dans la dépression. A partir de là, les événements s’enchaînant (bombe atomique soviétique en 1949, guerre de Corée), les dépenses militaires ne cessèrent de grimper pour s’établir à un niveau de 8%-10% du PIB jusque dans les années 1970. A cette époque, le Vietnam avait fait ses ravages et la crise rebondit, avec Nixon notamment, – le seul président à avoir envisagé de prendre ce problème en mains, – imposant des réductions des dépenses au Pentagone. (Cela lui coûta sa noble fonction suprême, si l’on en croit la version très crédible du Watergate, selon le livre The Silent Coup, de Len Colodny et Robert Gettlin; avec le piège du Watergate mis en place par le Joint Chief of Staff, avec Bob Woodward, ancien du renseignement de l’U.S. Navy, servant de courroie de transmission des militaires au Washington Post, tout cela sous les applaudissements extasiés et énamourés de l’humanité progressiste et libérale, spécialement en Europe, pour le vertueux système de l’américanisme qui parvient à se débarrasser dans la plus vertueuse légalité de ses crapules glissées à la noble fonction suprême.)

Ces divers rappels donnent effectivement du crédit aux thèses implicites évoquées plus haut, autour du sort dramatique de la crise de l’industrie automobile, – et de la façon d’en sortir, vite fait. Le climat, la psychologie étant ce qu’ils sont aux USA, avec le spectre obsédant de l’effondrement national de la Grande Dépression, les “solutions” les plus audacieuses, les plus trompeuses également, les plus abracadabrantesques, peuvent être évoquées. On peut en effet accepter, dans ce climat, l’idée de l’existence d’une crainte que l’effondrement possible de l’industrie automobile provoque un choc comparable à celui qu’on craignait lorsque la même menace pressait l’industrie aéronautique en 1947-1948, et de la recherche d’une solution assez similaire… Mais c’est plus simple, bien plus simple à imaginer qu’à concrétiser.

On en revient, disons, aux “fondamentaux”, à savoir que la situation en 1929-1933 était bien plus “saine” qu’elle n’est aujourd’hui. Réarmer, militariser l’industrie, concocter une nouvelle Guerre froide? Tout beau, tout cela, sauf que les USA ne sont plus capables de rien de tout cela, aujourd’hui, de mettre en place une industrie de guerre, de mener une (nouvelle) guerre froide, de “réarmer” ce qui l’est déjà, de trouver un Ennemi qui fasse le poids (on essaye depuis 15 ans, avec quel succès!), et ainsi de suite. C’est, en état de “réarmement” permanent déjà installé, l’ère de l’incompétence totale des USA (lisez l’article du 16 décembre de William Pfaff sur le sujet), l’inefficacité, le gaspillage, la corruption, jusqu’à ces situations de complète absurdité: plus vous donnez au Pentagone, moins le Pentagone est capable de faire… (Winslow Wheeler le 4 novembre: «Some argue the answer is even more money for a defense budget that already is at historic heights and that approximates what the entire rest of the world spends for military forces. We must stop throwing dollars at the Pentagon. The evidence, while counterintuitive, is irrefutable that more money makes our problems worse…») Même chose pour l’industrie, c’est-à-dire ce qu’il en reste: aujourd’hui, Lockheed Martin, le géant militaire par excellence, qui produit d’énormes programmes depuis vingt ans avec des marges de 15% à 20% de bénéfices, est au bord de la banqueroute, et cette situation justifie à elle seule la poursuite vaille que vaille du programme JSF

L’étrange vice de la situation est que, pour paraphraser ce cher vieux Reagan qui nous a donnés tant de joyaux catastrophiques qui brillent aujourd’hui de mille feux déstructurants, et cela par rapport à la voie suivie pour échapper aux rets de la Grande Dépression, – pour dire comme Reagan, donc, on dira que “la guerre n’est pas la solution, la guerre est le problème”. Il suffit de se reporter aux analyses de Joseph Stiglitz, de plus en plus confirmées par l’évolution astronomique du coût de la guerre en Irak, – et nous y sommes: la guerre elle-même a joué comme un énorme accélérateur vers la crise-rechute actuelle. Car le schéma d’une “remilitarisation” d’une industrie qui n’a jamais cessé d’être militarisée suppose un contrôle des dépenses de surproduction de cette industrie, de son efficacité, et aussi un contrôle du secteur social selon les hypothèses de succès mitigé ou de déséquilibres régionaux d’une telle campagne industrielle… Rude tâche.

Curieusement les analyses de WSWS.org n’ont pas mentionné l’aspect de confrontation Nord-Sud, type-“Guerre de Sécession”, qu’impliquent les diverses positions signalées. Sans doute est-ce que le schéma Nord-Sud échappe trop au schéma de la lutte des classes. En réalité, ce risque existe bel et bien, il est même plus fort que l’utopie d’une industrie automobile sauvée, en même temps que ce “sauvetage” agirait pour l’artefact américaniste que se révèlent être les USA, par une militarisation extravagante dans les conditions actuelles. Ce schéma d’affrontement Nord-Sud est l’option en cas d’échec d’une “reconversion” de l’industrie automobile, et l’exposition d’une inégalité d’aide entre le Nord et le Sud à cette occasion (c’est-à-dire : de l’aide pour le Nord, rien pour le Sud). Option à garder diablement à l’œil.

Source : dedefensa

Publicités

Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s