Electronx's Blog


Economie : La situation est grave, rien ne va plus
21 novembre 2008, 13 h 31 min
Filed under: économie | Mots-clefs: ,

Eline Briant

21/11/2008

Depuis le début de la crise, la situation ne fait que s’empirer avec chaque jour son lot de mauvaises surprises.

A commencer par la Bourse de New York qui a fini sur un plongeon jeudi, qui l’a ramenée au plus bas depuis cinq ans et demi, emportée par la dégradation de l’économie américaine et l’absence de réponse politique à la crise de l’automobile: le Dow Jones a perdu 5,56% et le Nasdaq 5,07%.
« C’est très dangereux, le marché teste ses planchers », a jugé Lindsey Piegza, stratégiste chez FTN Financial.

Devant cette déroute du marché actions, les investisseurs se sont rués vers le marché obligataire, jugé plus sûr, qui a atteint des sommets.

Et puis, le nombre des nouveaux chômeurs indemnisés a bondi plus qu’attendu la semaine dernière, ce qui « suggère que le marché de l’emploi et l’économie se détériorent à un rythme accéléré alors que consommateurs et entrepreneurs continuent à restreindre leurs dépenses », selon le courtier Charles Schwab.

Pendant ce temps, les craintes macroéconomiques font repasser le baril sous les 50 dollars à Londres et à New York, à des plus bas depuis près de quatre ans, entraîné par les ventes d’investisseurs en manque de liquidités et effrayés par l’impact de la crise économique mondiale sur la demande.

A New York, le cours du « light sweet crude » est passé sous les 50 dollars quelques minutes après l’ouverture des échanges américains, pour la première fois depuis le 18 janvier 2007, tombant jusqu’à 49,75 dollars.
Peu avant, le cours du Brent échangé à Londres avait déjà cassé ce seuil, s’enfonçant même sous les 49 dollars, à 48,20 dollars, son plus bas niveau depuis mai 2005.

Après être grimpé pendant la première moitié de l’année de 100 à presque 150 dollars (avec un record de tous les temps à 147,50 dollars à Londres), le prix du baril a été divisé par trois en cinq mois.
Ce virage radical tient à la combinaison de trois grands facteurs : la cherté du baril, qui a refroidi les ardeurs des consommateurs, le ralentissement économique mondial et la crise financière qui a entraîné un retrait massif des acteurs spéculatifs.
Alors qu’il y a six mois, le marché était focalisé sur des craintes de pénurie d’or noir, le rapport offre-demande s’est renversé, faisant désormais redouter une surproduction, dans un contexte où tout incite les investisseurs à douter d’une fin prochaine de la crise.

Autre indicateur significatif de la dureté de la crise, même les japonais n’exportent plus
L’économie nippone expose un déficit commercial de 510 millions d’euros. Fait inhabituel, il constitue un nouveau signe quant à la persistance et à la contagion de la crise.

Les exportations japonaises ont baissé de 7,7% sur octobre, une chute record depuis les 14,5% enregistrés à la suite de l’explosion de la bulle internet et des attentats du 11 septembre 2001.
Les exportations vers les Etats-Unis chutent de 19,0% et celles vers l’Union européenne de 17,2%.

Cette chute des exportations s’explique par deux facteurs : moins de volume par le ralentissement de la consommation et moins de valeur par le renforcement du yen.
Même vers ses voisins, l’archipel n’arrive pas à maintenir son niveau d’exportation, en baisse de 4%. On remarque aussi que les exportations vers les grandes régions émergentes comme la Russie ou le Moyen-Orient ralentissent leur progression. C’est le signe d’une détérioration économique qui, partie des Etats-Unis, touche maintenant aussi bien l’Asie que les économies en développement.

Source : http://www.almanar.com
Publicités

Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s